Rechercher

Littératie en santé et croyances...

Briggs, A. M., Jordan, J. E., Buchbinder, R., Burnett, A. F., OʼSullivan, P. B., Chua, J. Y. Y., … Straker, L. M. (2010). Health literacy and beliefs among a community cohort with and without chronic low back pain. Pain, 150(2), 275–283. doi:10.1016/j.pain.2010.04.031

👉 La littératie en santé est la capacité à rechercher, comprendre et utiliser des informations sur la santé. Une mauvaise littératie en santé a été associée avec un moins bon pronostic dans certaines pathologies chroniques.

Dans cette étude la littératie en santé est évaluée par le questionnaire S-TOFHLA (Baker, D. W., Williams, M. V., Parker, R. M., Gazmararian, J. A., & Nurss, J. (1999). Development of a brief test to measure functional health literacy. Patient Education and Counseling, 38(1), 33–42. doi:10.1016/s0738-3991(98)00116-5). Ce questionnaire a été validé en français : Connor M, Mantwill S, Schulz PJ. Functional health literacy in Switzerland--validation of a German, Italian, and French health literacy test. Patient Educ Couns. 2013 Jan;90(1):12-7. doi: 10.1016/j.pec.2012.08.018. Epub 2012 Oct 23. PMID: 23089240. Vous pouvez le téléchargé ici 😃👇

French-STOFHLA
.pdf
Download PDF • 348KB

Voici les autres questionnaires évaluant la littératie en santé, traduits et validés en français :

👉 FCCHL : Functional, Communicative and Critical Health Literacy scale

FCCHL-HLS14-Questionnaire-Litteratie-sante
.pdf
Download PDF • 98KB

👉 HLQ : Health Literacy Questionnaire
HLQ-Dimensions-French
.pdf
Download PDF • 38KB

👉 HLSEU-Q16 : European Health Literacy Survey Questionnaire
HLSEU16-Francais-2020
.pdf
Download PDF • 43KB

👉 HAS-A : Health Literacy Assessment Scale for Adolescents (HAS-A)
HASA_French
.pdf
Download PDF • 143KB

👉 IVHLSAC : Health Literacy for School-Aged Children
QUESTIONNAIRE-HLSAC-French
.pdf
Download PDF • 176KB


Cette étude utilise une petite cohorte de patients aux caractéristiques socio-démographiques assez homogènes, souffrant de lombalgies chroniques (LC). Elle a pour particularité d’avoir un fort taux de non répondant aux traitements. Les données collectées sont:

- la sévérité de la douleur et son impact sur la vie (EVA et marqueurs divers)

- l’invalidité lié à la lombalgie (ODI)

- les croyances de peur évitement (FABQ-PA et FABQ-W)

- les connaissances sur la lombalgie (BBQ)

- le catastrophisme (CSQ modifié)

- la littératie en santé (S-TOFHLA modifié).

Les scores obtenus à l’ODI permettent de catégoriser les patients douloureux en 2 sous-groupes (invalidité faible IF et importante II). Ils sont comparés entre eux et avec le groupe contrôle.

Des entretiens qualitatifs sont aussi menés pour faire émerger les thèmes récurrents.

Il existe des différences significatives sur les croyances de peur évitement en lien avec l’activité physique, plus importantes dans le groupe LC-II. De même le groupe II avait plus de croyances sur la lombalgie que le LC-IF, mais pas de différences notables avec le groupe contrôle.



Plus spécifiquement, les membres du LC-II considéraient plus négativement l’activité physique et favorisaient les arrêts de travail et le repos au lit comparé au LC-IF.

Une plus grande invalidité était associée à des plus hauts niveaux de peur évitements vis-à-vis de l'activité physique, des croyances plus négatives sur le dos et plus de catastrophisme.

En revanche, les niveaux de littératie en santé étaient comparables dans tous les groupes et ne semblaient pas corrélés aux FABQ, BBQ ou au CSQ. La population étudiée était peut-être trop homogène au niveau de la littératie pour mettre en évidence sa participation ou non au problème.

L’étude qualitative mets toutefois en évidence des différences :



Les données qualitatives sont peu surprenantes : les patients ayant des invalidités importantes ont des représentations patho-anatomiques plus marquées.

Les patients avec des invalidités faibles vont plus faire confiance aux informations des professionnels de santé, et particulièrement de ceux perçus comme spécialiste du dos (en Australie, les kinés et les chiros).

Tous pensent que des campagnes de santé publiques seraient utiles (Cocorico !).

Les patients sont unanimes quant au fait que le jargon est à bannir et qu’ils ont des efforts importants à faire pour obtenir les informations qu’ils souhaitent auprès des professionnels. Ils sont friands d’exemples (pour les exercices) et de supports pédagogiques (ce qui est particulièrement embêtant quand ils servent à passer des explications patho-anatomiques).

Il est intéressant de souligner que si tous les participants soulignent l’importance de l’hygiène de vie et des exercices, ils sont également nombreux à déclarer ne pas les faire.

Les sujets rapportent également des connaissances dépassées sur la lombalgie, ce qui, combiné aux thèmes différents sur les sous domaines de la littératie en santé pourrait laisser entendre que le questionnaire utilisé pour l’évaluer n’était pas adapté. Ces connaissances inadaptées étant retrouvées aussi chez les patients qui prennent leurs conseils auprès des professionnels de santé, cela veut dire que les données acquises sur la lombalgie ne sont pas toujours utilisées sur le terrain.



Merci de nous avoir lu et à très vite 😃



55 vues0 commentaire